Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 19/12/2018  
 
Le Billet Actu (10/161)

Chronique du 10 novembre 2005

La « Répétition - Dinatoire »... un succès !

Me voici de retour de Marnes-la-Coquette, encore tout imprégné de musique ! Oui, cette manifestation fut un vrai succès et tous les élèves, professionnels ou non, méritent de sérieuses félicitations.
Pour certains ce fut l'occasion de surmonter le fameux trac... de se lâcher... de se prouver quelque chose ; et tous, sans exception, réussirent ce fameux test face au public - d'amis il est vrai - mais public tout de même (qui vous juge) même si c'est avec une certaine indulgence !

Tous les « artistes » - en herbe ou non - reçurent un accueil chaleureux et, après leurs prestations, des applaudissements non moins chaleureux !

Je voudrais dire à Michel Boutaric, un élève fidèle ô combien, tout le mal que je pense de lui ce soir. Dominant trac, trous de mémoire et problèmes de justesse, il interpréta avec brio trois chansons de notre immense Charles Trenet : « Je chante », « Y a d'la joie », et « Nationale 7 ». La voix était claire et solide. Bravo Michel !

Notre benjamine Aurélie, 14 ans tout juste, fut superbe d'aplomb et de calme pour nous offrir tout d'abord : « Donne-moi le temps » de Jennifer, puis, plus tard : « Hijo de la luna » de Mecano. La voix s'affirme déjà bien... c'est une petite qui ira loin !

Monique Sok nous permit d'admirer sa très belle voix souple et nuancée, tout d'abord dans « Vivre », extrait de Notre-Dame de Paris, puis avec « Monopolis » (Starmania) et enfin avec une chanson que j'adore : « Femme », de Nicolle Croisille. Un grand merci Monique.

Marie-Pierre Toussaint surmonta son trac légendaire et parvint à se lâcher dans : « J'attendais », la magnifique chanson de Céline Dion, mélodie tout en subtiles nuances ou son joli timbre fit merveille ; puis ce fut : « La Mamma », de Charles Aznavour et enfin : « Amoureuse » de Véronique Samson. Encore un grand bravo Marie-Pierre !

Mention spéciale pour Sophie Bonnet, superbement à l'aise dans trois chansons de Piaf : « Padam -Padam, l'Homme à la Moto », et le merveilleux « Hymne à l'Amour »! Sa voix sonore, longue et d'une puissance peu commune, se joue des difficultés inhérentes à ces morceaux. La joie de chanter de Sophie réchauffe le coeur et déchaîne les acclamations du public. Cette voix est aussi capable de nuances et ses progrès sont constants... Rendez-vous dans quelques temps... nous en reparlerons !

Valérie Silva ! Très belle voix nuancée, sens inné du rythme, excellente dans le jazz, interprétation tout en finesse et en clins d'oeil... Elle n'est pas professionnelle... mais quel professionnalisme ! Elle interpréta tour à tour : « Si la photo est bonne » (Barbara), « La Bohème » (Charles Aznavour) et l'inoubliable « Cécile » de notre regretté Claude Nougaro. Encore bravo Valérie !

Delphine Herman ! Quel talent ! Toutes les qualités se retrouvent chez Delphine. Jolie voix nuancée, musicalité parfaite, sens du phrasé n'entravant nullement sa liberté d'interprétation. Elle sait donner la juste intention... rebondissant d'idée en idée sans briser la ligne générale de la chanson. C'est de l'art bien encadré, rien n'est laissé au hasard. Une vraie professionnelle qui n'en rajoute pas ; il y a juste ce qu'il faut... et ça suffit ! Elle chanta tour à tour : « Va savoir » (Liane Foly), « Doucement » (Liane Foly) et, pour terminer, le très grand succès de Maurane : « Sur un Prélude de Bach ». Magnifique !

Il me reste à citer ce qu'il convient d'appeler les professionnels, au vrai sens du terme !

Nous en avions plusieurs et ceci pour notre plus grande joie . Tout d'abord : Isabelle Boukaïa. Elle nous offrit sa chanson fétiche : « Les Adieux d'un Sexe Symbole » (Starmania). Le fameux contre-ut final - sa spécialité - vibre encore à mes oreilles ! Vous l'aviez compris, Isabelle a une voix longue, très longue même (plus de trois octaves) ce qui est assez rare pour être cité. Elle chanta également, en duo avec Faby (une autre « pro » dont je reparlerai), le très beau duo : « Tu es mon autre » (Fabian / Maurane) et aussi, toujours avec Faby : « Ca casse » (Maurane). Merci et bravo Isa !

Faby, restons-y ! Elle se produit dans les restaurants, dans les piano-bars. Elle possède, tout comme Isabelle d'ailleurs, un répertoire très vaste, connaît tous les grands classiques. Ceci est une chose ! Mais il y a autre chose : Faby chante aussi ses propres chansons (avec une très belle voix de contralto)... tout un album ! Elles sont signées Stéphane Maillot pour les musiques et Sylvie Louédin (sa soeur jumelle) pour les paroles. Et ce sont de très belles chansons (je les connais toutes). Ce soir, Faby nous a régalé avec : « Authentique », « Mon homme sine qua non » et... « Y a pas d' mal à s' faire du bien »... qui clôtura le concert avec une bonne humeur qui fut communicative... les choeurs se créèrent aussitôt et la salle entière ne fut bientôt plus qu'une voix ! Un grand bravo Faby et merci d'avoir été parmi nous ce soir.

Irène Herblin, chanteuse professionnelle s'il en est, ravit le public avec sa belle voix souple, puissante et nuancée... et son métier qu'elle possède à cent pour cent. Elle chanta ce soir avec émotion : « La chanson des vieux amants » (Jacques Brel), le magnifique « Natural Woman » (Aretha Franklin) et, en duo avec Isabelle Morin, « You've got a friend »(Carole King). Le succès fut au rendez-vous, éclatant, saluant un talent authentique. Un grand merci à toi ma chère Irène !

Une autre vraie professionnelle : Isabelle Morin. Isa est pianiste, chanteuse, auteur, compositeur et interprète ! Oui, elle est bien tout ça à la fois ! Elle possède aussi une particularité que je me dois de signaler. Si Isabelle chante la chanson - jazz surtout - avec un grand bonheur... elle peut aussi, à l'occasion, vous interpréter avec le même bonheur le grand air de la Reine de la Nuit (La flûte enchantée de Mozart). J'avoue que c'est assez rare... mais, dans son cas, c'est vrai à cent pour cent ! (voir dans les billets précédents celui relatif au concert des élèves lyriques du cours vocal). Ce soir, Isabelle chanta d'abord : « The lady is a tramp », puis deux titres de son nouvel album, en phase d'achèvement : « A la table des anges » et « Le cerf volant ». Ce n'est pas tout. Isabelle nous a réservé une surprise de taille en nous présentant son ami. Il s'appelle Cyril Capelle. C'est un auteur-compositeur de talent écrivant déjà pour de prestigieux artistes. Il nous a fait le grand plaisir de nous chanter une de ses compositions : « Avec un grand A », écrite en collaboration avec Claude Lemesle pour les paroles. S'accompagnant à la guitare, avec Isa en réplique, il conquit littéralement l'assistance par son charisme et son interprétation si simple et si vraie. Cette très belle chanson, sur l'Amour et l'Amitié, fera certainement parler d'elle ! Ce fut un grand moment pour moi que ce moment-là ! Bravo et merci Cyril et Isa pour ce beau cadeau !

Sans un accompagnement musical de qualité, la fête n'aurait pas été complète ! Un très grand professionnel également était au piano : Stéphane Maillot (auteur, compositeur... et interprète). Merci à toi Stéphane d'avoir habillé de talent notre soirée et assuré avec le sourire tous les petits, et parfois les grands rattrapages... et aussi d'avoir composé les si belles chansons de Faby !

La présentation du spectacle, par Julien Weyer, fut remarquable en tout point : vivante, instructive et spontanée sont les termes qui conviennent. Un grand merci Julien...

Matthias Ainsworth filma beaucoup pendant cette soirée. Il nous concoctera un petit montage DVD dont il a le secret. D'avance un grand merci mon cher Matt.

Je ne veux pas terminer cet article sans féliciter et remercier Sophie Bonnet qui, en plus de ses talents de chanteuse, mit à notre service ces derniers temps ses talents d'organisatrice. Elle s'occupa en effet, avec amour et dévouement, de l'organisation générale de cette soirée et, en particulier, du succulent buffet qui la clôtura de magistrale façon. Nous ne te remercierons jamais assez ma chère Sophie pour ta gentillesse et ton efficacité.

Notre hôtesse, Maryvonne Justal, mérite toute notre gratitude. Elle fut une vraie hôtesse, gentille et souriante. Elle nous prêta son magnifique restaurant par pure amitié. Je suis très sensible à tant de générosité. Merci Maryvonne...

Voilà, l'article semble terminé. Je crois avoir été un peu long mais qu'importe... il fallait dire ce qui a été dit...

 

À bientôt ?

 

Accédez à la liste complète des billets en cliquant sur ce lien : > Archives des billets actu <

 


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >