Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 17/12/2018  
 
Le Billet Actu (116/161)

Chronique du Dimanche 04 juillet 2010

Voix et statique corporelle

Jean-Bernard J. (Choriste professionnel - 37 ans)

J’ai découvert votre site il y a quelques semaines. Depuis, je le visite régulièrement et je vous remercie bien sincèrement pour la générosité avec laquelle vous partager votre savoir avec tous. C’est un peu un appel « au secours » que je vous lance aujourd’hui. Je suis ténor, choriste professionnel et j’ai des ennuis vocaux depuis presque un an. Ma voix me cause de gros soucis et, si cela continue, je risque bientôt de ne plus pouvoir exercer mon métier. J’ai trente-sept ans, en bonne santé, mais la voix, souvent, ne suit plus. Parfois, tout va bien et, à d’autres moments, je suis complètement désemparé car je ne maîtrise plus rien. Pourriez-vous me recevoir rapidement pour un bilan vocal ? Je suis au (x). Bien cordialement. Jean-Bernard.

Ma réponse

Ne vous désespérez pas Jean-Bernard ! Presque tous les chanteurs connaissent des baisses de forme plus ou moins longues au cours de leur vie ! Plusieurs raisons, différentes ou intriquées, peuvent en être la cause. Vous êtes jeune et tous les espoirs sont permis. Puisque vous pouvez, malgré ce problème, poursuivre votre activité, un bon ajustement technique devrait pouvoir vous aider. Certains fondamentaux ont dû bouger ! Je vous appellerai demain. Bien cordialement. Jean Laforêt.

Le bilan de Jean-Bernard

La semaine suivante, j’ai reçu Jean-Bernard. Il est choriste des Théâtres Nationaux et m’a confirmé se faire beaucoup de soucis pour son avenir. En effet, des examens-tests ont lieu périodiquement pour les artistes des chœurs. Y être jugé vocalement insuffisant pourrait avoir les plus graves conséquences pour sa carrière ! Pour l’instant, rien de fâcheux ne lui est encore arrivé mais son problème vocal lui fait redouter le pire pour les prochaines échéances !

- Très souvent, me répète-il, je ne maîtrise que très incomplètement ma voix ! Quelquefois, tout va assez bien mais je dois dire que c’est de moins en moins souvent le cas !

Sportif, mesure un mètre soixante-dix-sept pour soixante-quinze kilos, il paraît physiquement très en forme. Un beau sourire éclaire son visage malgré le souci qui l’amène ! Sa parole est rapide, il bouge beaucoup, c’est un nerveux ! Il a travaillé avec plusieurs professeurs et, de ce fait, a subi des influences techniques diverses. L’un d’eux, notamment, lui demandait de pousser complètement son ventre à l’avant pour inspirer, afin que cette prise d’air, lui disait-il, soit la plus profonde possible ! (*)

(*) Cette manière de faire est extrêmement dangereuse car elle bloque – entre autres - toute possibilité de respiration dorsale et gêne la bonne gestion de la colonne d’air !

Cependant, méfions-nous également des mots car, avec une position statique parfaite, la sensation d’Appui peut être celle de pousser son ventre à l’avant ! Un professeur, en toute bonne foi, peut donc donner parfois cette indication.

Le problème est qu’il ne faut surtout pas confondre « Inspiration profonde » et « Appui » ! (*)

(*) Il est absolument indispensable de vérifier le résultat recherché sur le corps de l’élève, ce qui n’est presque jamais le cas ! La sensation de « pousser son ventre vers l’avant » ne doit provoquer aucun déplacement de celui-ci ! C’est la pression du souffle, « seule » poussant de l’intérieur vers l’extérieur qui est ressentie.

Test vocal

Torse nu et ventre libre, Jean-Bernard m’a chanté, a cappella, un extrait de « La Tosca » le célèbre opéra de Puccini. La voix était vraiment superbe, très juste et les aigus parfaitement en place. Personne n’aurait pu dire, à ce moment-là, que ce chanteur avait des problèmes vocaux.

- Que penses-tu de ce que tu viens de faire ?

- Là, c’était sans doute pas mal !

- Plus que « pas mal » ! C’était très bien !

- Certaines fois, je suis absolument incapable de faire ça, même dans un air plus facile !

Jean-Bernard avait indéniablement de grandes possibilités ! J’ai pensé immédiatement que, seul un problème d’Appui pouvait donner les variations de « rendu vocal » dont il me parlait. Pendant le morceau qu’il venait de chanter, un parfait équilibre pneumo-phonique s’était établi. Il faudrait donc comprendre pour quelles raisons cet « équilibre » se dérangeait.

Quelques exercices

Pour compléter ce bilan, nous avons chanté ensuite quelques exercices généraux.

Arpèges divers, « messa di voce » et modulations se sont succédés. J’ai constaté alors à plusieurs reprises que la respiration dorsale notamment n’était pas correcte (Jean-Bernard était très cambré, ce qui n’était pas fait pour arranger les choses). De ce fait, dans les exercices que je lui soumettais, le souffle était parfois maintenu de façon peu orthodoxe, ce qui occasionnait d’importantes variations dans le rendu vocal.

Pour moi, c’était maintenant une évidence : son problème venait d’une mauvaise stabilité de l’Appui ! (*)

(*) Le ventre seul servait de « régulateur général » dans un corps souvent en mauvaise statique ! De plus, j’ai constaté de visu que son ensellure – déjà très accusée - était contractée et que son bassin manquait cruellement de souplesse.

Je lui ai ensuite demandé de chanter en se promenant tranquillement dans la pièce. Le résultat a été encore plus problématique. De très sérieuses « variations » dans l’émission ont eu lieu à ce moment-là. Jean-Bernard s’en rendait compte et je sentais qu’un certain agacement le gagnait ! Il me dit :

- Vous voyez, ça recommence, je ne maîtrise plus rien !

- Sais-tu que tu es très nerveux ?

- Oui !

- Et que cela n’arrange pas les choses ?

- C’est bien possible !

- C’est certain, mais ce n’est pas tout ! Je crois comprendre d’où vient ton problème.

- De mon souffle ?

- Oui ! Il n’est pas « pris » ni « maintenu » toujours correctement ! Certaines fois, tout va bien et d’autres fois, non !

- Je pousse trop mon ventre à l’avant ?

- Oui, mais ce n’est pas seulement ça ! Ta statique générale n’est pas bonne. De ce fait, ton souffle n’est pas toujours distribué comme il le faudrait !

- Je m’en doutais un peu. Mais, comment y remédier ?

- En reprenant les choses calmement par la base. Je constate aussi que tout va mieux lorsque tu es calme…

- Je le suis rarement ! Croyez-vous que tout cela soit récupérable ?

- Absolument ! Tu as une voix superbe ! Il nous faudra travailler ton Appui afin qu’il demeure constant, ce qui n’est pas le cas actuellement. Ce n’est pas spécialement facile mais très faisable.

Jean-Bernard a souhaité que nous fassions un cours intégral afin de résoudre – entre autres - au mieux son problème nerveux. La respiration profonde et l’Appui devaient également être repensés avec calme et méthode en « Taïchi vocal » !

Voir le billet : « Le chant thérapie, un travail vocal intégral »

Les premiers cours

Comme beaucoup, Jean-Bernard a découvert, grâce aux relaxations, combien il était stressé sans en avoir vraiment conscience ! Elles ont surtout mis en relief l’extrême tension qui s’était progressivement installée – comme chez nombre de chanteurs - au niveau de la zone sus-ombilicale (hara supérieur) et au bas de son dos. Sa cambrure, importante et très contractée de surcroît, limitait fortement la respiration dorsale. Allongé, Jean-Bernard ressentait « physiquement » très bien tout cela !

Voir le billet : « La relaxation pour mieux chanter »

Après cette prise de conscience, deux mois seulement ont suffi pour obtenir une amélioration très sensible ! Détente, Taïchi vocal et massages (abdominaux et dorsaux) lui ont procuré un grand apaisement général ! Son corps s’ouvrait avec plus d’aisance et sa respiration devenait plus calme, plus ample et plus profonde !

La détente du dos

Pour détendre son dos, j’ai aussi initié Jean-Bernard à un exercice tout simple dont je m’étais servi jadis moi-même !

Debout, les jambes écartées d’un peu plus que de la largeur des épaules, les pieds parallèles et les genoux fléchis, il s’agit de décrire lentement des cercles avec les hanches.

L’exercice doit être fait mains à la taille, sans bouger ni faire dévier la cage thoracique. Les rotations doivent être lentes et sans à-coup !

On inspire calmement lorsque le cercle passe derrière soi et l’on souffle doucement lorsqu’il passe devant ! (*)

(*) On peut faire cinq cercles de gauche à droite et cinq de droite à gauche. Cet exercice est excellent pour assouplir le bassin et favoriser la respiration dorsale.

Les cris

Ce fut un grand moment que celui-là ! La voix de Jean-Bernard, déjà très puissante de nature, se chargeait de nombreux décibels supplémentaires dans cet exercice de libération vocale. Nous le pratiquions en fin de travail allongé, juste avant la vocalisation.

Voir le billet : « La technique vocale fondamentale » et « Les fondamentaux de la technique vocale »

La vocalisation

Elle comprenait naturellement tous les exercices d’un chanteur de haut niveau.

Voir le billet : « Le cours de technique vocale type »

Mon rôle consistait – entre autres - à surveiller sa statique d’une façon drastique. Elle devait être parfaite et ne comporter aucune raideur !

Quand la respiration dorsale a été bien établie, je l’ai fait vocaliser en marchant très lentement. Je lui ai tout d’abord demandé de faire cet exercice en avançant sur la pointe des pieds puis, ensuite, en reculant ! (*)

(*) En marche arrière, on déroule les pieds de la pointe au talon ! Cette façon de procéder, à mon avis, fait ressentir encore davantage l’enracinement.

Ensuite, nous avons pratiqué le même exercice en marchant normalement avec des déplacements divers ! Jean-Bernard devait porter le poids de son corps d’une jambe sur l’autre, en s’efforçant de maintenir un enracinement constant pendant le mouvement ! La voix, elle, ne devait subir « aucun » à-coup !

Pour avoir tous les détails utiles sur le travail ci-dessus, je vous conseille de lire le billet suivant :

« L’équilibre du chanteur »

Mise en scène d’un air

Pour « fignoler » notre travail sur la statique, j’ai mis en place un exercice très simple qui nous a permis de contrôler que l’Appui continuait à bien se comporter pendant les déplacements « théâtraux ». Jean-Bernard devait tout simplement chanter un air en respectant une petite scénographie prévue pour l’occasion. Le but de l’opération était naturellement de conserver, pendant ses diverses évolutions une respiration et un Appui correct !

Un peu plus tard, quand de bons résultats ont été acquis, nous avons poussé plus loin cet exercice ! Je lui demandais alors, en plus des mouvements habituels (marcher, s’asseoir, etc.), de s’allonger sur le sol, de se relever et de prendre également des attitudes diverses plus ou moins spécifiques aux danseurs. Tout ça, bien évidemment, sans arrêter de chanter !

Epilogue

Un tel programme a achevé de lui enlever ses dernières petites hésitations de statique et d’Appui ! Il n’eut bientôt plus aucun problème pendant nos leçons.

Il m’a également confirmé qu’au théâtre, il conservait désormais pratiquement l’intégralité de ses moyens vocaux !

Son problème avait été finalement assez simple à résoudre.

Dans ce cas précis, une mauvaise statique, doublée d’un déplacement du ventre à l’inspiration, aurait pu avoir des conséquences dramatiques sur une voix superbe ! Ce ne fut heureusement pas le cas ! (*)

(*) Il ressort de tout ceci que l’émission vocale est un geste vraiment global !

Dieu merci, tout est maintenant entré dans l’ordre pour Jean-Bernard !

A bientôt ?

Pour accéder aux archives des billets, c’est ici !


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >