Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 17/12/2018  
 
Le Billet Actu (34/161)

Chronique du 29 octobre 2006

Répertoire de travail pour un jeune baryton lyrique

 

Joseph B.

J’ai vingt ans et je travaille le chant depuis presque deux ans ; je viens d’entrer au conservatoire de X. Je suis, paraît-il, baryton lyrique et j’aimerais savoir comment composer mon « répertoire de travail ». Je suis très inquiet car tout ce que l’on me fait travailler me fatigue beaucoup et je n’arrive à rien. Pourriez-vous avoir la gentillesse de me donner quelques conseils à ce sujet ? Je chante actuellement l’air de Valentin du Faust de Gounod et j’avoue que ce morceau est, pour moi, d’une difficulté insurmontable. Je chante aussi une mélodie de Duparc : « La vie antérieure ». Cela constitue mon répertoire de travail actuel, en plus des exercices. Je vais commencer, en italien, l’air du Comte des Noces de Figaro : " Hai già vinta la causa ! " J’ai l’impression de forcer ma voix sans arrêt et de ne réussir ni les aigus ni les graves. J’espère vivement une réponse de votre part pour m’aider à « proposer » des airs qui me conviendraient mieux.

Il m’est difficile, Joseph, sans vous connaître vraiment, de vous aider très efficacement. Je vais néanmoins essayer de le faire en traitant votre problème d’une façon générale pour que d’autres jeunes barytons, dans votre cas, profitent de ce petit billet.

J’ignore qu’elles ont été vos études jusqu’alors et quelles sont vos possibilités réelles mais il est rare, à vingt ans, d’aborder sans dommage les morceaux que vous me citez. Il n’est donc pas étonnant que vous ressentiez une certaine fatigue et la désagréable impression de ne pas avancer. D’autre part, le fait même de vous les donner à travailler prouve que vos professeurs ont détecté chez vous de réelles qualités vocales. S’il vous est possible d’infléchir "habilement" le cours de votre travail (sans les désobliger) voici, à mon avis, le chemin que vous auriez dû suivre… en amont. Il n’est pas trop tard… reprenez-le.

Je pars du principe que votre voix est relativement placée, que vos exercices journaliers se déroulent bien et que vous parcourez à peu près sereinement les deux octaves requises pour un baryton (disons du la1 au sol3).

La première chose à faire, tout en continuant votre travail technique est, dans un premier temps, de choisir quelques « vocalises ».

Il en existe de nombreux recueils (Panofka, Bordogni, Concone, etc.) Ce sont, vous le savez certainement, des morceaux à chanter sur une voyelle. La voyelle « a » convient bien pour cela. Ces vocalises comportent un accompagnement piano et il en existe de très belles… Choisissez-en quelques-unes dans un ambitus aisé qui ne vous crée pas de trop grandes difficultés ( sib1 à mi3 par exemple).

Dans la foulée, procurez-vous les « Vaccaï » pour baryton. C’est un merveilleux recueil de petites pièces musicales en italien traitant des principales difficultés du chant. Elles comportent aussi un accompagnement piano et les travailler sérieusement est précieux pour tout chanteur. On les trouve maintenant avec un play-back qui permet de les répéter seul. Je ne vous le conseille qu’à moitié, le contrôle par le professeur est, à mon avis, indispensable !

N’oubliez pas de choisir aussi quelques « Arie Antique » pour baryton (je vous en donnerai une liste à la fin de ce billet). Ces arie, pour la plupart, sont très belles et bien écrites pour la voix. Elles sont un excellent moyen de vous préparer à aborder l’opéra…

Je vous recommande aussi un bel air classique en français.

J’ai chanté à votre âge et ensuite au CNSMP (pour mon plus grand bien), un large extrait des Indes Galantes de J-P Rameau : « L’Hymne au soleil ». Il est parfait pour la voix et m’a fait faire de gros progrès généraux. N’hésitez pas à le travailler.

Voici maintenant quelques airs d’opéras Français.

Celui d’Albert, dans Werther (de Jules Massenet), vous permettra d’affiner votre legato. C’est un air difficile, tout en nuances. Très sobre, il ne comporte pas de grands aigus. Toute la difficulté réside dans le phrasé.

Je vous propose également, extrait de « Roméo et Juliette » de Charles Gounod, l’air de Mercutio : « La ballade de la reine Mab » (Mab, la reine des mensonges… ) Il demande une articulation mordante et rapide. C’est un morceau de bravoure et de virtuosité magnifique.

Toujours en français, les deux airs de Mârouf, extraits de : « Mârouf, savetier du Caire » (Henry Rabaud), sont également à envisager dans la version baryton (il existe aussi une version ténor pour le rôle de Mârouf).

Il s’agit de : « Il est des musulmans… » et de l’air de la caravane : « A travers le désert… ». Ces deux morceaux sont superbes et ont été chantés par les plus illustres interprètes (Georges Thill, Michel Dens, etc.) L’air de la caravane demande une certaine vaillance alors que le premier est tout en finesse…

Vous devez également vous exprimer dans d’autres langues. Commencer par l’italien et l’allemand me paraît sage.

En italien, dans « Les Nozze di Figaro » de Mozart, les airs de Figaro me semblent plus indiqués que l’air du Comte dont vous me parlez (au moins pour l’instant).

Travaillez la cavatine : « Se vuol ballare, signor contino… », l’aria : « Non più andrai… » et aussi : « Tutto è disposto… » qui est excellent pour la vélocité.

En allemand, vous pouvez prendre, dans : « Die Zuberflöte » (La flûte enchantée) - toujours Mozart - deux airs de Papageno : « Der Vogelfänger bin ich ja » et « Ein Mädchen oder Weibchen ».

Je crois, Joseph, qu’avec ce répertoire, vous êtes « paré » pour un moment ? Naturellement, il n’y a rien d’exhaustif dans tout cela. Retenez, à défaut de choisir exactement ces morceaux-là, l’idée générale de travail qui se dégage de ce billet.

Il vous faut donc, à mon avis, pour commencer à construire correctement votre voix, travailler, en plus de vos exercices habituels et ceci jusqu’à votre maturité vocale et même bien au delà :

Des vocalises - Les Vaccaï - Des Arie Antique - Des airs classiques - L’opéra en langue française - L’opéra en langue italienne - L’Opéra en langue allemande, etc.

Vous prendrez vite un réel plaisir à ce travail vocal qui vous apportera… encore bien plus que vous ne pensez !

Voici les « Arie Antique » que je vous recommande pour leur diversité. Faites votre choix selon votre goût et le but à atteindre : agilité, vélocité ou phrasé…)… Vous les trouverez dans différentes éditions.

(Riccordi, par exemple, offre des recueils très complets)

Vittoria ( Carissimi) - Lasciatemi morire ( Monteverdi) - Già il sole dal Gange ( Scarlati) - Vergin, tutto amor ( Durante) - Amarilli ( Caccini) - O cessate di piagarmi ( Scarlati)

Il en existe beaucoup d’autres…

Tenez-moi au courant à l’occasion ? Bon travail...

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci de cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >