Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 17/12/2018  
 
Le Billet Actu (35/161)

Chronique du 12 novembre 2006

 

Le sexe et la voix

Le sexe et la voix... un duo majeur ! On évoque souvent le parallèle qui les unit car nous sentons tous, plus ou moins, cette interaction omniprésente en nous.

L’importance évidente de ce lien m’incite à consacrer ce billet à ce « duo » sexe/voix qui commence très tôt dans notre vie et dont le chef d’orchestre semble bien être… le sexe !

Le début de la partition

Elle commence surtout après la puberté. Avant cette période de profond changement, le sexe n’a qu’un tout petit rôle, chez le garçon comme chez la fille ; les différences vocales entre eux sont déjà présentes, mais d’une façon très discrète. Elles concernent essentiellement le timbre et l’intensité. Le duo sexe/voix n’a pas encore vraiment commencé… ni pour l’un, ni pour l’autre.

Dès la puberté, le premier accord est lancé. Notre « duo » commence à s’affirmer nettement sous l’influence des hormones sexuelles.

Chez la jeune fille, puis chez la femme, la voix demeurera sous la dépendance de la vie génitale. Les périodes menstruelles et prémenstruelles provoquent souvent chez elles une certaine congestion des cordes vocales que connaissent bien nos chanteuses lyriques… Il vaut mieux éviter d’avoir à chanter dans ces moments-là !

Chez le jeune adolescent, puis chez l’homme, ces problèmes n’existent pas. La voix de celui-ci affirmera simplement de plus en plus sa virilité.

Voir pour plus d'information : "La mue, chez l'adolescent chanteur"

Dans les deux cas, le sexe est maître du jeu et influence la voix…

La voix, véhicule de nos émotions

Oui, la voix exprime toutes nos émotions, y compris, (et pour une large part) nos émotions sexuelles. Dans le règne animal, nombre de cris ou chants d’oiseaux nous le démontrent chaque jour… Chez l’être humain, ce message est plus subtil…

Par exemple, il explique en partie les attirances et les répulsions que l’on peut ressentir en face de telle ou telle personne… dès qu’elle parle ! Tel type de voix nous indispose, alors que tel autre nous attire irrésistiblement…

La voix, outil de projection de soi

Certainement ! Toute personne qui parle essaie plus ou moins consciemment d’avoir une action sur son interlocuteur, que ce soit pour commander, convaincre ou séduire. Notre voix nous permet cette action car, parler, c’est « projeter sa personnalité » vers l’autre.

Qu’elle soit donc, cette voix, la plus belle et la plus performante possible. Elle est l’un de nos plus précieux ambassadeurs…

Cependant, n’oublions pas qu’en nous projetant ainsi vers l’autre… nous nous dévoilons aussi totalement !

La voix, miroir du désir

Oui, certainement, notre voix reflète tous les désirs que nous ressentons. Ainsi, toute personne qui en désire une autre sexuellement se dévoile inconsciemment quand elle parle (à) ou (de) l’objet de son désir, c’est inévitable ! Cet intérêt spécial pour « l’autre » transparaît, non seulement dans le contenu des propos et dans l’intonation, mais aussi dans le timbre même de la voix qu’il modifie imperceptiblement ; une certaine « raucité » signe tout désir sexuel impérieux. Il faudrait être un comédien confirmé ou une comédienne remarquable pour donner vraiment le change d’une façon acceptable.

Si les yeux sont le miroir de l’âme, la voix est celui de notre personnalité intime… de notre sexe.

La voix du comédien

Oui, il faut en parler car une connaissance approfondie de notre fameux « duo » lui est, plus qu’à tout autre, indispensable.

Le comédien est un tricheur, un transformiste, un faussaire de génie. C’est pourquoi son travail vocal, entre autres, revêt une importance particulière (je parle naturellement des bons comédiens). Il doit puiser très profondément (dans ses tripes… ) les sentiments et les émotions qu’il veut exprimer. Sans cela, tout sonnera faux ! Sa voix trahira immanquablement le personnage qu’il incarne si elle n’occupe pas vraiment l’intimité de celui-ci. Il lui faut également une grande souplesse vocale pour pénétrer et rendre - d’une façon cohérente - cette intimité de l’autre qui peut être à cent lieues de la sienne propre.

En forçant un peu le trait, le personnage à incarner pourrait être un eunuque !

Ce « duo », quand s’arrête-il ?

Jamais ! Ce « duo » dure tout le long de notre vie. La voix d’un vieillard atteint de sénilité montre bien que le sexe, chez lui, est amputé d’une partie de ses fonctions… Sa voix se caractérise alors surtout par une tonalité aiguë, un timbre un peu sourd et une faible intensité.

La relation sexe/voix est donc toujours bien là ! Notons que certains sujets âgés conservent une voix parfaitement jeune. Elle est simplement le témoignage de leur dynamisme général…

Et le chanteur, dans tout cela ?

Nous y voici. Le chanteur ne fait pas exception à la règle. Sa voix reflète, comme tout un chacun, sa santé et sa virilité. Bien sûr, il a travaillé sa voix, améliorant encore sa puissance, sa profondeur, son éclat, sa tonicité. En prime, si son travail vocal a été bien conduit, il a acquis bien autre chose !

Pour éclairer cette « autre chose », je voudrais redire brièvement ce que j’ai expliqué dans le billet consacré au chant thérapie. Voir "Le chant thérapie, un travail vocal intégral "

A savoir que j’ai toujours constaté – les garçons surtout me l’ont confirmé – qu’un travail vocal profond et correct sur les fondamentaux de la voix améliorait la libido.

Notre fameux « duo » sexe/voix montre donc de nouveau le bout de son nez ! Cependant, cette fois-ci, la voix ne semble-elle pas être devenue « le chef » puisqu’elle agit sur les performances de son compagnon ?

L’explication me semble plus simple. Je pense qu’en travaillant « correctement », puis en chantant avec une liberté totale de l’axe des sphincters (le larynx en est un, l’anus également), on permet à l’interaction sexe/voix de se réaliser pleinement. Le « périnée » est alors correctement concerné…

De ce fait, nos deux « duettistes » s’entraident…

« La liberté totale », entre les deux, « profite aux deux » !

Je pourrais parler encore longtemps de cette relation intime… le sujet est tellement vaste. Je suis conscient de ne l’avoir qu’effleuré.

Cependant, méditez sur la petite phrase soulignée ci-dessus…

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci de cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >