Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 19/12/2018  
 
Le Billet Actu (41/161)

Chronique du 12 février 2007

La rééducation vocale des cas sévères

Jean-Louis S. (Strasbourg)

Tout d’abord, je tiens à vous dire tout le bien que je pense de votre site. Je le trouve vraiment très intéressant. J’ai beaucoup de plaisir à lire vos articles, ils sont toujours très clairs. Aussi, je me permets de vous soumettre une question qui revient sans cesse dans mon esprit. Ce serait gentil à vous de me répondre, même brièvement par mail. Vous dites que, pour une « rééducation », l’approche est la même que pour une première éducation de la voix, le « geste vocal correct », selon vous, étant également apte à rétablir une émission après traumatisme, etc.

J’ai, dans mon entourage un ami âgé de trente ans (non chanteur) qui est toujours très enroué. Il parle vraiment très difficilement depuis quelques années déjà et souffre beaucoup de cette situation. Il a consulté des spécialistes et aucune anomalie (nodule ou autres) n’a été décelée. Pensez-vous qu’il existe pour lui un espoir de récupérer tout ou partie de sa voix ? Le bon « geste vocal » pourrait-il réaliser ce miracle ? Un grand merci d’avance pour votre réponse que j’attends avec impatience. Bien cordialement à vous, etc.

Merci, Jean-Louis, pour ce long message. Oui, il existe, pour votre ami, un espoir certain de récupérer sa voix ! Non, le « bon geste vocal » ne peut pas, à lui tout seul, réaliser le « miracle ».

Je vous ai déjà répondu à ce sujet en partie par mail mais je vais également préciser ma pensée dans ce billet car d’autres personnes se posent sans doute la même question.

Pour simplifier, votre question est :

« Peut-on entreprendre la rééducation d'une voix très sévèrement touchée, ne présentant, médicalement parlant, aucune anomalie fonctionnelle visible ? »

En tout premier lieu, un petit rappel (à tous) me paraît indispensable.

Lorsque vous parlez, si le moindre son est laborieux, difficile à émettre ; si votre voix est aggravée et un peu douloureuse (surtout le soir) ; si elle est enrouée de façon chronique, il faut, avant toute chose, que vous fassiez examiner votre larynx par un ORL ou un phoniatre. Il déterminera si des éléments identifiables peuvent expliquer votre trouble vocal. Si, par exemple, un nodule est présent, il pourra parfois conseiller une intervention chirurgicale, la rééducation, dans ce cas-là, n’intervenant que dix jours après celle-ci (*)

(*) Notons cependant que certains nodules ou autres « anomalies » touchant les cordes vocales peuvent régresser puis disparaître avec un travail adapté (repos vocal complet, suivi de relaxations et d’un travail laryngé doux et très soigné).

Votre ami, m’avez-vous dit, a déjà consulté plusieurs spécialistes. Il a très bien fait, c’était la première démarche à entreprendre. Rien de significatif n’a été décelé ? Cela arrive ! (*)

(*) Il faut savoir que l’on peut quelquefois avoir une voix complètement rauque et cassée, étouffée, difficile à émettre, sans aucune cause visible. La voix humaine est la résultante de multiples facteurs…

Puisque les examens de votre ami n’ont révélé aucun traumatisme susceptible de créer le trouble (kystes, nodules, etc.) une rééducation peut être envisagée. Il ne sera naturellement pas question, au début de celle-ci, de lui enseigner un geste vocal quelconque, même excellent (*)

(*) Celui dont je parle dans plusieurs articles est l’aboutissement d’une étude assez complexe ; il ne peut être intégré à la technique de base d’un chanteur qu’après quelques mois de pratique.

A plus forte raison, dans le cas de votre ami, un travail préalable important s’impose pour installer d’abord une technique générale de base.

Comment procéder ?

Je vous invite tout d’abord à vous reporter à certains articles qui traitent de sujets proches :

« Le chant thérapie… un travail vocal intégral »

« Ma voix bouge, que faire ? »

« La technique vocale fondamentale »

Vous comprendrez, si vous lisez attentivement ces trois articles, que le travail que réclame un trouble vocal sévère doit être pratiqué avec une rigueur extrême. C’est un cas sérieux qui touche « l’identité » même de la personne. Lorsque l’on perd ses moyens vocaux (même sans être chanteur), un « manque » très important se fait jour et une souffrance s’installe : on est plus vraiment soi-même.

Dans le cas de votre ami, il est indispensable d’étudier, dans un premier temps, tous les fondamentaux de sa voix, de retourner à la source (relaxation, respiration profonde seront les premiers « outils » à employer) puis il faudra réinstaller, très progressivement, tous les facteurs concourant à l’émission vocale naturelle (le cri « correct » étant la finalité à obtenir, dans un premier temps).

Le billet consacré à la « technique vocale fondamentale » explique assez bien cela.

Seulement il sera indispensable d’agir avec un sérieux doigté, sans jamais, à aucun moment, fatiguer son larynx ! La récupération devra être très progressivement obtenue, étape par étape.

Qu’il se rassure, on y arrive !

Une belle histoire pour illustrer mon propos.

J’ai rééduqué, il y a quelques années, la voix d’un jeune homme de 29 ans, Stéphane D. L'une de ses cordes vocales avait été fortement traumatisée par une intubation lors d’une intervention chirurgicale assez longue. C’était un guitariste de talent qui se produisait dans un groupe connu. Avant son intervention, sa jolie voix lui permettait de participer également aux chœurs, au sein de son groupe. Je l’ai reçu, assez longtemps après son opération. Il m’avait été adressé par le chanteur du groupe, que j’avais alors comme élève. Il s’inquiétait beaucoup pour lui et m’avait dit : « Stéphane file du mauvais coton, il a perdu complètement sa joie de vivre depuis qu’il ne peut plus chanter avec nous. »

En principe, une intubation ne crée pas de problèmes vocaux qui perdurent ainsi (au plus, est-on parfois gêné quelques jours). La voix parlée de Stéphane, au contraire, était restée rauque et sa voix chantée complètement impossible à émettre (même dans un ambitus très réduit). Quand je l’ai vu, il était effectivement d’une tristesse infinie, ayant perdu tout espoir de rechanter un jour. On lui avait dit, entre autres, qu’il avait une « ébauche » de nodule.

A la suite du bilan vocal qui fut l’objet de sa première visite, j’ai pu le rassurer car j’ai cru immédiatement en sa possible « guérison ». Il eut confiance, l’espoir se réveilla en lui. Cette confiance ne se démentit jamais, permettant une collaboration totale.

Nous avons réalisé ensemble un travail profond (plus d’un an), patiemment, méthodiquement, sans jamais fatiguer son larynx. Au début, celui-ci, au cours du travail vocal très doux, pratiqué en position allongée juste après les relaxations, n’émettait que des râles. Petit à petit, les râles furent moins ternes, moins laborieux : le timbre revenait peu à peu ! Naturellement, pendant cette période, parallèlement aux séances de relaxation et de rééducation douce, « tout » lui fut progressivement enseigné, sans jamais forcer, souvent sans se servir de la voix elle-même : statique, chant en apnée, articulation, etc. Il fut un élève modèle et coopéra à cent pour cent.

Un jour, lors d’une séance de gymnastique vocale, sa voix réapparut soudain, presque normale. Parfaitement soutenue par un souffle géré impeccablement, elle tint relativement longtemps, pendant plusieurs exercices consécutifs…

Ce jour-là (un jour béni), Stéphane pleura de bonheur… moi aussi ! Nous avions gagné !

« Tu chantes ! »

« Oui, je chante… » Il ne trouvait plus ses mots.

Cette séance s’arrêta là, avec nos sourires inondés de larmes. La voix de Stéphane, elle, perdura. Au cours des séances suivantes, le timbre s’affirma de plus en plus.

Le moment était maintenant venu de lui enseigner le geste vocal correct : l’appoggio doublé de l’aperto-coperto. Ses muscles laryngés, plus solides, pouvaient désormais supporter ce travail. Ses connaissances techniques générales étant très affirmées, ce ne fut l’affaire que de quelques mois. Sa technique étant enfin opérationnelle, il put reprendre progressivement la totalité de ses activités vocales dans son groupe.

Il revint me voir quelquefois dans l’année qui suivit sa « renaissance » pour refaire quelques relaxations suivies d’un travail vocal sur tapis, se faire préciser à nouveau certains points techniques (notamment le geste vocal) et contrôler son émission. Sa voix, elle, était toujours bien là, plus présente que jamais, bien plus belle qu’avant ses problèmes vocaux !

Il avait retrouvé son sourire et sa joie de vivre, tout allait bien !

Je suis certain que cette petite histoire concrète vous parlera plus que toutes les explications plus ou moins techniques que j’aurais pu vous donner. Le cas de Stéphane était spécial et difficile à souhait ; le procédé employé dut s’adapter exactement à lui, tout en contenant toute la technique dont il avait besoin.

Votre ami, Jean-Louis, est aussi un cas spécial… nous le sommes tous ! Aucune anomalie laryngée n’expliquant son état vocal défectueux, il faudra donc, comme pour Stéphane (mais pour des raisons différentes), revoir tous ses fondamentaux, retourner à la naissance même de sa voix, afin de « reconstruire » progressivement sa dynamique vocale.

En bref :

Les rééducations vocales doivent contenir tous les éléments fondamentaux essentiels mais ils doivent être appliqués en fonction de chaque personne. Chacune est un cas en soi ! La façon d’enseigner est certainement aussi importante (parfois plus) que ce que l’on enseigne.

Voilà, Jean-Louis. J’espère que ce petit billet répond à votre question ? Vous avez maintenant compris que le « geste vocal salvateur » ne peut intervenir qu’après une certaine restructuration vocale de base ? Il lui faut un terrain relativement solide pour s’appuyer et parfaire l’émission.

Vous savez également que rien n’est perdu pour votre ami, que sa voix a toutes les chances de s’améliorer. Qui sait, dans la foulée, peut-être nous fera-t-il la surprise de chanter un jour ?

N’hésitez pas à me demander toutes les précisions que vous souhaitez. Je me ferai un plaisir de vous les donner.

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci de cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >