Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 19/12/2018  
 
Le Billet Actu (44/161)

Chronique du 18 mars 2007

L'Appui vertical

Alain D. (18 ans) Paris

Je pense que, peut-être, ma question s’éloigne un peu du sujet « chant » dont vous parlez d’habitude. J’ai lu votre dernier article où vous citez le terme « Appui vertical ». Cela m’a décidé à vous écrire car je suis trompettiste débutant et mon professeur a prononcé plusieurs fois devant moi l’expression « poussée verticale ». Il m’a dit que tous les bons instrumentistes à vent jouent en employant cette poussée : un appui du souffle en quelque sorte ? Je n’ai pas très bien compris. Le terme « Appui vertical », lu dans votre dernier billet, m’a donc tout de suite intrigué. Je fais également un peu de chant en amateur et je serais très intéressé de savoir comment employer cela pour chanter, si c’est bien du même appui qu’il s’agit.

Je serais heureux d’avoir quelques indications à ce sujet, notamment pour trouver et travailler cet appui. Si la relation entre chant et trompette est à ce point étroite et complémentaire, je souhaite creuser la question de très près.

D’avance un grand merci pour votre réponse.

Alain, vous avez bien fait de m’écrire. C’est un sujet que je n’ai encore jamais abordé en détail et qui intéressera, j’en suis persuadé, de nombreux chanteurs et instrumentistes à vent.

Effectivement, bons trompettistes et bons chanteurs se servent de la même dynamique d’Appui pour agir sur la colonne d’air qui alimente leurs instruments respectifs. De plus, le travail de la voix et celui de la trompette, ainsi que celui de tous les instruments à vent ( trombones, saxophones, etc.) est complémentaire également à un autre titre : l’ouverture de la gorge, indispensable dans les deux disciplines.

Je me souviens d’un trompettiste de jazz de très bon niveau venu étudier, sur les conseils de son professeur, la technique vocale pour compléter celle de son instrument. La pratique de la vocalisation lui a appris notamment à bien « ouvrir » sa gorge. Tous les instrumentistes à vent sont confrontés à ce problème. Si votre professeur ne vous en a pas encore parlé, il le fera sans doute sous peu !

Premier point

Si vous ne l’avez déjà fait, vous pouvez dès à présent relire sur le site différents billets traitant de la respiration du chanteur. Ils vont dans le sens de votre question. L’article : Respiration et Appui vocal répond assez bien à votre préoccupation.

Vous pouvez aussi vous inspirer du billet : « L’expiration contrôlée du chanteur ». Il vous permettra de tester votre expiration avec un exercice simple.

Souvenez-vous, cela est très important :

Pour l’instrument, comme pour le chant, le bon Appui du souffle et, par suite, la bonne expiration (donc, de type vertical… ) ne peuvent être obtenus sans avoir, au préalable la pratique d’une inspiration abdominale profonde correcte.

Principe de la poussée verticale :

A partir d’une inspiration abdominale profonde, le bon Appui génère, à l’expiration, une « poussée verticale » du souffle qui, bien gérée, permet de contrôler parfaitement le débit et la pression de celui-ci.

Pour le chanteur comme pour l’instrumentiste à vent, cette « poussée verticale » (régulée par l’Appui) est indispensable pour réaliser parfaitement nuances et legato.

On appelle généralement ce procédé : l’Appui vertical

Pratiquement, comment découvrir et travailler l’Appui vertical ?

Je ne connais pas votre niveau actuel, Alain. Je vais donc commencer par le tout début. Il vous faut, tout d’abord, apprendre à bien réaliser l’inspiration abdominale profonde.

Avant d’essayer l’exercice qui suit, je vous conseille de vous entraîner tout d’abord à respirer profondément, en vous « inspirant » de l’article : « La technique vocale de base ». Cela constituera un bon début…

1) L’inspiration abdominale profonde :

Comment réaliser une inspiration abdominale profonde (appelée aussi inspiration diaphragmatique-costo-inférieure) correcte :

Le corps doit être libre de tout serrage : moins vous aurez de vêtements, mieux cela vaudra. Penchez-vous, buste parallèle au sol.

Le dos et la nuque seront arrondis. Placez vos mains au-dessus de vos hanches, sous les dernières côtes, pouces en arrière.

Maintenant, soufflez doucement : <<< fff, en serrant progressivement (et assez fortement) la base de votre buste avec vos mains (le ventre rentre pendant cette opération).

Ensuite, tout en maintenant vos doigts fermement serrés de chaque côté, inspirez très profondément, gorge libre et bouche ouverte, comme pour remplir votre ventre d’air (*)

(*) Pour bien réussir l’opération, produisez avec votre souffle inspiratoire un bruit sombre assez fort : pensez à la voyelle (â) colorant cette inspiration : >>> âââ. Cela « matérialisera » l’entrée de votre souffle.

Sous la pression inspiratoire, vous devez sentir l’angle formé par le pouce et vos doigts s’entrouvrir.

Si vous inspirez correctement, il doit vous être impossible, même en serrant au plus fort, d’empêcher ce mouvement. La puissance de votre inspiration doit être supérieure à celle de vos mains.

Si tout s’est bien passé, vous venez de réaliser une inspiration abdominale profonde. Ce sont ces inspirations-là qui devront vous servir pour « caler » votre souffle avant une attaque. Je n’ai pas dit « bloquer » : ne faites donc pas intervenir vos muscles abdominaux à la fin de cette inspiration.

Il vous faut maintenant travailler ce mouvement en position un peu moins penchée(45°), puis complètement debout, ce qui sera plus difficile !

L’action de l’Appui vertical :

Partant de cette inspiration profonde réussie (votre souffle est donc pris et gardé), faites, en soufflant assez fortement, un : <<< Pss (*)

(*) Vous devrez imaginer que votre souffle, placé sous pression dans votre ventre, continue de descendre (au lieu de remonter) pour être rejeté.

Il semble descendre depuis votre ventre (niveau épigastre) en direction du sol (votre bassin doit être très en place et votre enracinement correct). Pendant cette opération, votre abdomen ne doit, en aucun cas, être rentré volontairement ! En revanche, vous sentirez une pression assez forte prenant naissance dans votre hara inférieur (*)

(*) Centre d’équilibre humain situé au bas-ventre, à quelque six ou sept centimètres à l’intérieur du corps.

Cette pression ( celle de l’Appui) émise en « direction » du fondement même de votre corps, donne naissance à la fameuse « poussée verticale ascendante » du souffle. (*)

(*) C’est le principe des anciens ascenseurs : des masses descendent, équilibrant la montée de la cage…

« Les masses figurent l’Appui vertical – descendant - et la cage, la poussée – montante - du souffle. »

Lorsque vous aurez réussi plusieurs fois sans problème l’expiration sur : <<< Pss… , faites cet exercice :

Au lieu de : <<< Pss, matérialisez maintenant cette expiration en produisant avec votre souffle expiratoire un son grave : pensez à un (â) très sombre, exécuté gorge libre et bouche ouverte. Exactement comme pour l’exercice sur l’inspiration ; mais il s’agit, cette fois-ci d’une expiration : <<< âââ

Si la couleur d’expiration : (â sombre) est correcte, vous aurez réussi à garder votre gorge ouverte tout en actionnant la poussée verticale du souffle. Avec un peu d’entraînement, vous vous rendrez compte que vous pouvez moduler cette pression à votre gré.

On appelle communément cette façon de se servir de son souffle : Chanter ou jouer en « Appui vertical »

Il vous restera, jeune trompettiste, à travailler tout ceci avec l’embouchure… mais cela n’est plus de mon ressort !

Voilà, Alain ! J’espère que ces quelques lignes vous aideront à mieux cerner le problème ?

Pour chanter, employez exactement le même appui que pour votre instrument !

Seulement, « l’embouchure » est placée ailleurs, cela rend les choses un peu différentes. D’autres interactions entrent aussi, vous vous en doutez, en ligne de compte…

Feuilletez les billets actu. De nombreux articles sur le sujet complèteront votre jeune savoir de chanteur. Souvenez-vous, la base est la même : l’inspiration abdominale profonde correcte étant la première chose à obtenir !

Le cas échéant, n’hésitez surtout pas à m’écrire pour plus d’informations.

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci de cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >