Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 19/12/2018  
 
Le Billet Actu (50/161)

Chronique du 17 juin 2007

Ma voix ne porte pas

Jérôme B. Orléans

J’ai 25 ans, je suis baryton. Je pratique le chant lyrique, en amateur, depuis environ sept ans. Je voudrais vous soumettre un problème qui ne trouve pas de solution satisfaisante malgré tous mes efforts. Je participe souvent à des spectacles. S’ils sont sonorisés, tout va bien mais, dans le cas contraire, on me dit souvent que ma voix ne porte pas assez, que l’on me comprend mal, etc. J’ai pourtant l’impression d’avoir tout essayé pour améliorer cela. Ma voix possède un bon volume et j’ai vraiment l’impression d’envoyer mon chant avec puissance. Je chante juste et avec une relative facilité. Pourriez-vous me donner votre avis et me dire quelles peuvent être les causes de la « non-portée » de ma voix ? J’ai une amie, apparemment moins douée que moi vocalement, qui n’a pas ce problème.

Mon cher Jérôme, sans vous connaître vocalement, il m’est difficile de vous conseiller d’une façon vraiment précise. Je vais néanmoins vous indiquer certains points importants touchant la projection vocale qui vous permettront certainement de mieux cerner votre problème. Je souhaite que ce petit article serve également à tous ceux et à toutes celles qui se posent ces questions.

Tout d’abord : il y a effectivement des voix qui portent « naturellement » plus que d’autres. Les voix de femme, chantant avec une fréquence plus élevée que les voix masculines (une octave au-dessus), sont dans ce cas. Une meilleure disposition générale des organes vocaux, un meilleur état des muqueuses, des zones de résonances plus importantes peuvent également favoriser la portée de certaines voix, tant masculines que féminines.

Ceci étant posé, interrogez-vous, en premier lieu, sur votre technique vocale ! C’est elle qui permet à la voix de s’épanouir d’une façon optimale et de corriger au passage certains « oublis » de la nature. Certaines lacunes d’émission peuvent créer et entretenir « soigneusement » le problème que vous me décrivez.

« Etes-vous vraiment sûr d’utiliser au mieux vos capacités vocales ? D’avoir une bonne technique d’émission ? »

Ce point est le plus important de tous, mais, sans vous entendre en direct, je ne peux malheureusement pas vous répondre là-dessus.

Chantez-vous dans votre tessiture ?

Un ténor chantant les barytons (même avec une technique générale satisfaisante) peut être confronté au problème que vous me décrivez.

Vous dites avoir un bon volume et « envoyer votre chant » avec puissance. Cette impression personnelle est quelquefois illusoire car on peut s’entendre beaucoup soi-même et avoir une voix qui porte peu dans les salles parce que mal émise. C’est le contraire qui devrait se produire !

Un bel exemple pour illustrer mon propos :

« Des témoins dignes de foi ont prétendu que, depuis la scène, la voix de Caruso semblait relativement modeste alors que, entendue depuis les dernières places du théâtre, elle dominait facilement celles de tous ses partenaires ! »

Tout en méditant cela, pensez aux facteurs techniques suivants pour améliorer votre projection vocale :

Avoir une bonne « place » vocale

C’est techniquement prépondérant. Une place vocale trop basse offre une portée limitée à la voix. La place de « retour » de celle-ci est le masque : zone délimitée par l’emplacement d’un masque de bal (couvrant les pommettes et le front). La voix doit résonner haut et ne pas s’amortir dans le pharynx et les joues…

Chanter au loin

Imaginer que l’on s’adresse aux spectateurs du « premier balcon » dans un théâtre aide énormément la projection vocale. Faites-en l’expérience. Efforcez-vous vraiment de vous adresser en priorité aux personnes de ce premier balcon (ou du fond de la salle, selon le cas…)

Ne pensez pas à chanter plus fort mais à chanter plus loin.

Améliorer le legato

La prononciation d’un texte chanté ne doit jamais compromettre le legato. Une articulation « hachée » limite la portée vocale. En revanche, une voix relativement modeste, correctement placée et bien conduite, se fera entendre et portera son texte sans peine dans les plus grandes salles de concert.

Travailler les voyelles é et i

Ces voyelles claires donnent de l’éclat et du timbre à la voix. Les travailler (correctement, sans les écraser) est indispensable. Riches en harmoniques aigus, elles sont l’une des « clés » de la portée vocale.

L’acoustique des salles

A votre décharge, c’est souvent un vrai problème en soi ! Les salles polyvalentes ne sont en principe pas un lieu de prédilection pour les voix. C’est le moment d’user de toute sa technique pour s’y faire entendre « à peu près » sans micro !

Voilà, Jérôme, les conseils que je peux vous donner dans un premier jet. Ils sont, en majorité, techniques. Je pense avoir abordé les points les plus importants. Cependant, d’autres facteurs moins évidents peuvent jouer. N’hésitez pas à venir me voir lorsque vous viendrez à Paris. Je me ferai un plaisir de vous aider de mon mieux.

Comme toujours, et pour tous, je reste ouvert à toute demande de renseignements complémentaires sur ce sujet. N’hésitez pas à m’écrire.

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci de cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >