Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 17/12/2018  
 
Le Billet Actu (51/161)

Chronique du 01 juillet 2007

Le trac

Raphaël B.( 25 ans) Paris

Je me permets de vous écrire pour vous demander s’il existe un remède quelconque contre le trac. Je suis chanteur amateur et, chaque fois que je dois chanter en public (même restreint), je suis paralysé par la peur, ma gorge se serre et je suis en sueur. Cela devient tellement préoccupant que je pense que je vais devoir arrêter cette activité que, paradoxalement, j’adore. Pouvez-vous me donner quelques conseils pour essayer d’améliorer cette situation qui devient vraiment intenable pour moi ? Je voudrais tellement que ça s’arrange ! D’avance, je vous remercie de l’aide que vous pourrez m’apporter, etc.

Raphaël, je comprends parfaitement votre problème. J’ai connu, au début de mes études au C.N.S.M de Paris, une période de trac assez incroyable dont je me souviens très bien. Maintenant, avec le recul, j’en souris ; mais, croyez-moi, sur le moment, je n’en avais guère envie.

Le trac est connu et éprouvé presque par toutes les personnes qui doivent soit chanter, soit s’exprimer en public. Son intensité est variable, allant de la simple gène à la véritable « panique » que vous décrivez. Il est quelquefois stimulant mais c’est souvent l’inverse qui se produit : il nous paralyse !

Cette angoisse irraisonnée, cette peur que l’on éprouve au moment d’entrer en scène (et qui se prolonge parfois dans les premiers moments de l’action) est souvent due aux pensées anxiogènes (plus ou moins inconscientes) créées par l’imminence de la prestation : « Je vais mal chanter, oublier mes paroles, « craquer » mon aigu, etc. »

Cette anxiété se manifeste par des tensions diverses touchant la gorge en particulier (gorge serrée, trop de salive… ou pas du tout), mais aussi la respiration (sensation de blocage notamment). Le corps panique, se met à suer, le pouls s’accélère, etc. Vous connaissez parfaitement le processus !

Un autre ennui vient aussi se greffer à tout cela : le trac engendre le forçage vocal. Effectivement, pour tenter de rééquilibrer les choses, on force inconsciemment sa voix !

Comment lutter contre le trac ?

C’est votre question, Raphaël. Voyons tout d’abord quelles sont les causes du trac. Il en existe évidemment plusieurs mais, à mon avis, l’une des principales - celle que l’on rencontre le plus souvent - est une mauvaise technique respiratoire (d’appui notamment). Il est très possible qu’elle soit, à elle seule, à l’origine de la « panique » que vous me décrivez.

Souvenez-vous : un souffle profond et bien contrôlé calme le stress et régularise le rythme cardiaque.

Donc, première chose : apprenez (ou réapprenez) à bien respirer et à bien « appuyer » votre voix lorsque vous chantez. De ce fait, la grande émotion que vous ressentez risque de se transformer en trac positif et stimulant !

Vous aurez peut-être peur, avant le concert, mais dès le premier morceau, si votre respiration et vos appuis sont corrects, vous récupérerez votre calme. La prochaine fois… vous aurez un peu moins peur… la fois suivante encore moins, etc.

Je vous conseille également de vous relaxer avant vos prestations :

Allongez-vous une quinzaine de minutes, un peu avant d’aller chanter. Faites le vide en vous, respirez profondément, détendez tous vos muscles, laissez « le mou et le chaud » s’installer en vous. Il existe de bonnes cassettes de relaxation dans le commerce. Elles pourront vous aider efficacement si vous avez des difficultés à y arriver seul.

Faites ensuite, debout, en position penchée (buste environ à 45°), bras pendants, dos rond et tête lourde, quelques respirations abdominales lentes et profondes. Elles vous aideront à continuer d’installer le calme en vous.

N’oubliez surtout pas (deux heures avant le concert), de faire quelques exercices vocaux pour échauffer votre voix. Ils contribueront, tout en la préparant, à faire circuler en vous une énergie régulatrice, à la fois calmante et dynamique.

Vous pouvez consulter le billet : « Faire sa voix avant le spectacle» Vous y trouverez des exercices qui vous conviendront.

Une chose importante à ne pas négliger

Il faut être prêt pour sa prestation ! Cela paraît évident mais on oublie souvent d’être suffisamment prêt.

Il faut tout également bien choisir ses morceaux de façon à ce qu’ils vous conviennent vraiment. Et, surtout les savoir parfaitement, les avoir répétés souvent, très souvent et si possible dans des conditions proches de celles du concert.

Un brin de psychologie

Il faut aussi savoir « s’accepter » pour pouvoir « s’offrir » !

Le trac naît souvent de la peur du regard de l’autre… Apprenez à vous aimer pour que l’on vous aime. Il faut aussi savoir se pardonner d’avance les quelques petites erreurs qui seraient susceptibles de se produire. Tout cela est lié !

Quelques petits conseils « médicaux » !

En homéopathie, cinq granules de GELSEMIUM 15CH, prises la veille (estomac libre) le soir au coucher et deux heures environ avant le concert vous aideront à acquérir un certain calme.

Si vous êtes hypersensible, ajoutez, matin et soir, cinq granules d’IGNATIA 9CH, pendant la semaine précédant le concert.

Je vous conseille également ARNICA, cinq granules 5ch (ou une dose 7ch) une heure avant votre prestation (toujours estomac libre).

Croyez-moi, ces médicaments homéopathiques « marchent » très bien.

Voilà, Raphaël. Je suis sûr que ces petites indications vous aideront. Tenez-moi au courant.

A bientôt ?

 

Pour accéder à la liste complète des billets, merci ce cliquer sur ce lien : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >