Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 19/12/2018  
 
Le Billet Actu (73/161)

Chronique du 04 mai 2008

Le chant thérapeutique

Olivier N. 22 ans (Informaticien – Paris)

Un ami chanteur, Romain « x », qui a travaillé sa technique vocale avec vous, m’a fait découvrir récemment votre site. Votre billet sur le chant thérapie (le travail intégral), que j’ai lu et relu, me motive pour vous écrire. J’ai moi-même vingt-deux ans et suis affligé d’une timidité maladive qui me gâche la vie et m’ôte toute confiance en moi. Je vis seul, je parle peu, le contact des gens me dérange. J’aimerais vraiment quitter cet état qui me cantonne dans une solitude que je supporte de moins en moins mais dont je n’arrive pas à sortir. Pourriez-vous me dire franchement si vous pensez qu’une thérapie par la voix serait susceptible d’atténuer, voire de résoudre mon problème ? J’ajoute que je ne suis ni chanteur ni musicien (je suis informaticien). Dans l’attente, etc.

Voilà le mail qu’Olivier m’avait envoyé, il y a quelque temps déjà.

Je lui avais répondu à peu près cela : « Oui, Olivier, je pense, en toute honnêteté (et en toute franchise), qu’un « travail vocal intégral » vous aiderait à diminuer votre problème de timidité. Il contribuerait aussi grandement à renforcer votre confiance en vous et à faciliter vos contacts avec autrui. Cependant, je me prononcerai plus complètement seulement après vous avoir rencontré pour un bilan vocal. »

Peu après, après avoir effectué ensemble un bilan très complet, nous avons décidé d’entreprendre le « travail intégral » qu’avait réalisé avant lui son ami Romain et qu’il souhaitait faire également. (*)

(*) Romain n’avait pas de problème de timidité ; son but était de refaire entièrement sa technique vocale. Il avait donc pratiqué ce travail complet en tant que chanteur à part entière.

Olivier (et c’est peu de le dire) souffrait vraiment d’une très grande timidité et d’une non moins grande introversion. Il s’exprimait à voix basse, ouvrant à peine la bouche. Son regard était peu assuré, à la fois interrogateur, triste et doux.

Voir aussi, pour plus d'information : "Le stress d'un non chanteur" et "Je manque d'assurance, ma voix est sourde"

Les premiers cours

Son mal-être et sa gêne étaient palpables dans les premières leçons. Je me suis même demandé, au début, s’il lui serait possible de supporter longtemps les exigences d’un tel travail qui risquaient de représenter, pour lui, des contraintes trop lourdes (*).

(*) Le travail intégral est composé de quatre volets complémentaires : relaxation, taïchi vocal, massages bioénergétiques, vocalisation personnalisée.

Le début du mieux

A mon grand soulagement, après quelques semaines seulement, il a commencé à prendre plaisir aux relaxations. Au début, il n’arrivait pas à se détendre et les supportait mal. Ce fut le vrai début de sa « guérison » ! Le taïchi vocal et les massages virent alors leurs effets bénéfiques se multiplier ! Son corps, auparavant serré et contracté, s’abandonnait davantage, s’ouvrait plus largement, respirait mieux. En un mot : ce corps commençait à être plus heureux. C’était évident.

Une jolie voix

De plus, pour notre plus grand bonheur, la gymnastique vocale et la vocalisation, pratiquées parallèlement au travail couché, révélèrent petit à petit une voix juste et très agréable. Olivier, étonné, était ravi de s’entendre « créer » des sonorités. Lui, qui n’avait jamais chanté de sa vie, donnait l’impression de découvrir le monde ! Tout cela, progressivement, préparait le miracle qui se profilait doucement.

A propos de son mutisme

Tout au début, pour l’inciter à sortir de son mutisme, je lui posais à chaque séance, à bâtons rompus, quelques questions banales. Je devais me montrer habile car, en bon informaticien, Olivier était très peu loquace ! Il me répondait, en principe, toujours assez brièvement…

Cette stratégie se révéla pourtant payante ! Progressivement, sa langue s’est déliée. Il m’a parlé davantage de son travail, de ses amis, de ses films préférés, etc.(*)

(*) A certains moments (rares), c’est moi qui devais « couper court », tellement il se montrait prolixe !

Le miracle continuait. Au fil des semaines, sa voix devenait de plus en plus tonique, renforçant considérablement sa personnalité. Simultanément, ses contacts avec autrui s’amélioraient. Un jour, il a même participé, avec des amis, à un Karaoké. Cela peut paraître anodin pour la plupart mais, venant de lui, cela tenait de l’exploit !

Le but de ce billet n’est pas de détailler par le menu la « thérapie » d’Olivier. Je me borne donc à énoncer nos résultats les plus évidents :

- Il était très peu causant : il bavarde !

- Il parlait tout doucement : il s’exprime avec plus de force !

- Il ne chantait pas : il participe à des karaokés !

- Il ne sortait jamais : il va parfois en boîte !

- Etc.

Notons qu’il s’était montré très assidu aux cours. En une année, il n’a pas dû manquer plus de deux ou trois fois. Sa persévérance a été récompensée. Il a obtenu ce qu’il souhaitait ! *

* Maintenant, tout comme Edith Piaf, soyez certain « qu’il ne regrette rien ! »

Le « chant thérapie »

Le travail vocal intégral, accompli avec Olivier, Romain, et bien d’autres, est expliqué en détail dans le billet du 13 août 2006 : « Le chant thérapie un travail vocal intégral ».

 

Son action, en bref :

La voix humaine est la résultante de nombreux facteurs, tant physiques que psychologiques. La conception de ce travail complet intéresse à la fois le corps et l’esprit, favorisant à la fois des résultats remarquables sur la voix et sur la santé physique et psychologique :

« Les inhibitions - et leurs somatisations - s’atténuent, puis souvent se dénouent tout à fait avec l’éclosion d’une voix plus ouverte, puisée dans les fondements même du corps. » (*)

(*) Il est indéniable qu’une interaction existe entre une voix « libérée », émise correctement, et un bon fonctionnement énergétique. Bien des maux : tensions, timidité, complexes divers, s’amendent parallèlement aux progrès vocaux. Les garçons me confient même souvent, avec un clin d’œil, que leur libido s’améliore !

Nota :

Il est également manifeste qu’un chanteur confirmé décuple son potentiel vocal avec la pratique de la « relaxation », du « taïchi vocal » et du « massage bioénergétique », associés à une vocalisation de qualité.

Conclusions

- Aux chanteurs débutants, le « travail vocal intégral » forge une technique solide qui leur épargnera bien des désagréments futurs (notamment forçages, accompagnés de leur cortège de maux…)

- Aux chanteurs « en devenir », il apporte des progrès vocaux optimaux, supérieurs de beaucoup à ceux que l’on obtiendrait par la simple vocalisation (ce qui, bien sûr, ne l’exclut pas). *

* En prime, ils bénéficient d’un mieux-être considérable.

- Les témoignages des non-chanteurs sont constants et variés ! Ils vont d’un calme retrouvé à une concentration accrue, passant par le retour de la confiance en soi, une joie de vivre que l’on croyait perdue, une meilleure sexualité, une voix que l’on découvre ou qui se tonifie, etc.

Le plus

En complément des résultats évoqués plus haut, il faut ajouter que ce travail apporte souvent plus que l’on en attendait au départ. Il permet quelquefois de traiter des troubles dont les causes, inconscientes, étaient parfois très éloignées du motif pour lequel on l’a entrepris.

Epilogue

La voix humaine est un domaine extraordinairement riche dont on ne connaît sans doute pas encore toutes les possibilités… thérapeutiques !

 

A bientôt ?

 

 

Pour accéder à la liste complète des billets, veuillez cliquer sur le lien ci-contre : > Archives des billets actu <


Jean Laforêt

< Billet précédent

Retour au billet actuel

Billet suivant >