Billet du Jeudi 28 décembre 2017 : Gros souci vocal
Dernière mise à jour : 17/12/2018  
 
En vrac (11/14)

Sportif de trente ans : « Ma voix m’étouffe ! »

Je suis un homme de trente ans, sportif et en bonne santé physique. Je ne pense être trop mal dans ma peau. Cependant, ma voix me préoccupe beaucoup car elle se fatigue très rapidement bien que je n’aie aucunement l’impression de la forcer. Permettez-moi de vous livrer ici un exemple curieux touchant au sport. Il y a cinq ans, je prenais des cours de judo et, à la fin de chaque séance, j’étais complètement aphone… alors que je ne criais pas du tout ni ne parlais fort pendant ces cours ! Ma voix revenait seulement le lendemain (et encore, pas toujours). Actuellement, elle est très souvent faible et voilée et, s’il m’arrive quelquefois de vouloir parler fort, j’ai vraiment l’impression d’étouffer ! J’ai consulté plusieurs médecins ; on ne trouve rien, mais le problème persiste. Qu’en pensez-vous et croyez-vous que des cours de technique vocale (rééducation, devrais-je dire) auraient quelque chance de résoudre mon problème ?

La voix est une résultante équilibrée de nombreux facteurs physiques et psychologiques ; votre cas me paraît concerner à la fois les deux aspects. Si les visites auprès des médecins spécialisés n’ont pas donné les résultats escomptés, si aucun traumatisme vocal n’a été détecté, on peut envisager une rééducation vocale. Des inhibitions, très anciennes et parfaitement inconscientes quelquefois, peuvent créer des « somatisations vocales » provoquant les symptômes que vous décrivez. Dans ces cas-là un bilan très pointu (voir : Bilan vocal) doit être fait afin d’en déterminer les raisons probables. Il faudrait à première vue, dans votre cas, envisager un travail vocal profond : relaxation, suivi d’un travail couché adapté, peut-être même des massages pour détendre certaines zones particulièrement bloquées. Le bilan vocal, précédant le début des séances, devra déterminer tout cela très précisément en tenant compte de tous les aspects en cause, physiques et psychiques. Vous devrez ensuite apprendre à gérer parfaitement votre souffle pendant l’acte vocal. Parallèlement, une vocalisation douce devra être pratiquée pour renforcer et tonifier votre voix (ceci très progressivement pour ne pas fatiguer votre larynx avant qu’il ne soit complètement opérationnel… ) Devront suivrent des exercices d’articulations car la maîtrise d’une bonne prononciation aide aussi à économiser sa voix… Soyez confiant ! J’ai eu à m’occuper de cas semblables au vôtre. Tous ont été très améliorés, sinon complètement guéris. Ne perdez pas confiance. Votre cas est loin d’être désespéré !

Nota : lisez aussi pour votre information (si ce n’est déjà fait) les réponses N°3 et N°10 de « En vrac », « le bilan vocal » et, surtout, le billet actu traitant du chant thérapie.

< Précédente

Liste des questions

Suivante >